• Le Bureau des SR

Quand Vieux-Tonton sort ses expressions de derrière les fagots Entre-deux-Mers, 12 décembre 2020

Mis à jour : janv. 3


Alors Tonton, comment elles sont ces nouvelles charentaises ? Elles te sortent pas des pieds ?


Vieux-Tonton : Eh bé, c’est que je suis souple comme l’oiseau qu’on appelle le bœuf, j’arrive pas

à les enfiler, même avé le chausse-pied.


Souple comme l’oiseau qu’on appelle le boeuf : alors là, soit sa mémoire lui joue des tours au

Vieux-Tonton, soit notre langue a eu un moment d’égarement. On connaissait la grenouille qui

voulait se faire aussi grosse que le bœuf, aucune de mes googlelisations n’a pu lever le mystère sur

cet « oiseau qu’on appelle le boeuf ». À moins, à moins... qu’il ne s’agisse d’un raccourci pour

désigner le héron garde-boeufs, ce gros échassier blanc qui se nourrit des tiques et des mouches au cul des vaches. Ses grandes pattes raides auraient-elles inspiré cette expression à nos anciens, gardiens de troupeaux à leurs heures ?


Cueillette : Guillemette Tracou

34 vues0 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now