• Le Bureau des SR

« 2022, v’là les vœux ! »

Dernière mise à jour : 13 janv.

Bonne année 2022 !

Après l’année « deux mille vins », ou mieux, comme le dit le Chat, l’année « vin vin », voici l’année « 2022,  v’là les vœux ! ». En ce début de nouveau millésime, cette formulation fleurit sur les réseaux sociaux et sur le Web… Et, vous l’aurez compris, l’expression qui inspire tant de Français cette année, c’est le célèbre « 22, v’là les flics ! » (ou, en toutes lettres, plus littéraire, « Vingt-deux, v’là les flics ! »).



Ce « 22 », qui avertit d’un danger – l’arrivée de la police (du point de vue de celui qui lance l’alerte, bien sûr, le plus souvent, un malfrat…) – lorsqu’il s’agit de souhaiter le meilleur pour les mois à venir, provoque chez moi un certain malaise : quel danger nous guette-t-il encore, après tous ces mois passés (et encore à venir) sous la menace du coronavirus et de sa ribambelle de variants ? Brrr, j’en ai froid dans le dos…


Mais connaissez-vous l’origine de ce « 22 » dans cet avertissement d’arrivée des « keufs » comme on dirait aujourd’hui ?

Sont évoquées de multiples explications :

– qu’il proviendrait de l’expression blasphématoire « vingt dieux », qui servait à exprimer tout autant l’admiration que la colère ou l’étonnement ; ou du nom que l’on donnait à un poignard dont la lame mesurait 22 cm ; ou encore des onze boutons de la veste des policiers, qui, comme ils patrouillaient toujours par deux, devinrent vingt-deux boutons ;

– plus pieux, qu’il était fait référence au chapitre 22 de l’Évangile de Luc décrivant l’arrestation de Jésus ;

– plus improbable, que cette expression serait liée au nombre de lettres que compte l’avertissement « Attention, voilà les flics » ;

– ou, plus farfelu, que les deux jambes d’un homme qui se tient debout ressemblent au chiffre 11 et que lorsque ce dernier se met à courir (pour échapper à la police, bien évidemment), elles évoqueraient deux 2… ;

– ou, complètement erroné, que 22 était le numéro à composer pour joindre la police (alors que l’expression serait attestée dès les années 1870, soit bien avant que l’usage du téléphone, inventé en 1876, ne se répande !).


Mais la thèse (non certifiée par des sources sûres, mais paraît-il citée par l’écrivain et historien du langage Claude Duneton) la plus séduisante, pour nous secrétaires de rédaction, est celle qui situerait sa naissance dans les imprimeries, où elle aurait été inventée par des typographes : leur métier exigeait une grande concentration, et, lorsque le chef de bureau s’absentait, l’envie de faire une petite pause s’imposait… L’un des typographes, chargé de surveiller le retour du chef, s’écriait lorsqu’il le voyait s’approcher de l’atelier : « 22 ! », sans que ce dernier ne soupçonne quoi que ce soit. En effet, on faisait croire ainsi que l’on demandait à un collègue de passer un jeu de lettres de corps 22, taille de caractère réservée aux titres, et de ce fait moins fréquemment utilisée (et d’achat plus coûteux, donc rare). Le chef ne s’étonnait donc pas que, dans l’ambiance habituellement silencieuse de l’atelier, l’on s’écriât ainsi « 22 ! »… Il paraît même que lorsque le directeur, le grand chef, arrivait, on entendait « 44 ! ». Le hasard, malicieux, fait que si l’on additionne les quatre chiffres correspondant au rang, dans l’alphabet, de chaque lettre du mot chef, (3 pour c, 8 pour h, 5 pour e et 6 pour f), on arrive à… 22 ! Amusantes hypothèses, n’est-ce pas ? Dommage que les sources manquent pour attester de la réalité de cet usage.

De notre côté (secrétaires de rédaction, correcteurs et correctrices), comment ne pas établir un parallèle avec notre travail quotidien, un rien monacal, qui exige que nous soyons concentrés, enveloppés de calme… Un travail où, même si nous œuvrons sans chef à l’horizon, les pauses sont nécessaires au bon fonctionnement cérébral, garantie de qualité.


Et, comment ne pas sourire en pensant à nos retrouvailles festives, au cours desquelles nous n’hésitons pas à entonner la chanson des typographes, le fameux « Ala », en hommage à nos malicieux confrères d’antan !


Marie-Christine Montesquat







Sources
Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, éditions Dictionnaires Le Robert, 1998.
https://www.expressio.fr/expressions/vingt-deux-22 (Duneton y est cité comme ayant avancé la thèse de l’invention par des typographes, mais aucune source n’est mentionnée : si quelqu’un la connaît, qu’il n’hésite pas à nous la communiquer…).
https://www.mots-surannes.fr/?p=4450
https://policeetrealites.com/2011/09/12/dou-vient-lexpression-22-vla-les-flics/
https://fr.wikipedia.org/wiki/22,_v%27l%C3%A0_les_flics_!

Pour écouter la chanson des typographes et connaître son histoire : https://www.youtube.com/watch?v=IvRCghWrGPk et https://abenoist.com/chanson-des-typographes-a-la/

Et si vous souhaitez en savoir plus sur l’origine du mot « flic », allez donc regarder cet épisode de l’émission Karambolage sur Arte.tv : https://www.arte.tv/fr/videos/083941-035-A/karambolage/

Illustrations
Xavier Gorce, https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6882047627941203968/ Photo trouvée sur le site de Johan Schulé, https://www.20th.ch/on_parle_a_des_murs.htm Le Chat, dessin de Philippe Geluck.

19 vues0 commentaire